Régimes d’épargne-retraite offerts par l’employeur

Quand vous songez à la retraite, avec qui vous imaginez-vous la passer? Avec votre famille pendant de longs voyages en Europe? Ou peut-être avec votre partenaire en consacrant plus de temps à votre passe-temps? Quels que soient vos rêves de retraite et peu importe à quel point cette planification semble loin de vous, une chose est sûre : si vous ne commencez pas à planifier votre retraite dès maintenant, vous ne réaliserez jamais vos rêves.

Il est plus facile de vivre sa retraite dans l’aisance financière si vous choisissez un emploi assorti d’un régime d’épargne-retraite offert par l’employeur plutôt qu’un emploi au salaire supérieur. Avec un régime d’épargne-retraite offert par l’employeur, également appelé régime d’épargne-retraite collectif (RERC), si votre employeur double vos cotisations, vous pourrez fort bien disposer de plus d’argent au bout du compte qu’avec un emploi au salaire supérieur.  

Les frais et les dépenses d’exploitation des régimes d’épargne-retraite offerts par l’employeur sont souvent inférieurs à ceux qui seraient à votre charge si vous investissiez de l’argent à titre personnel, parce que ces frais sont répartis entre un groupe de personnes de votre milieu de travail. Par conséquent, vous épargnez plus d’argent au lieu de payer une personne pour vous formuler des recommandations personnelles.

Jeune couple dans un champ, le père tient son bébé et le regarde, tandis que sa conjointe se tient à côté de lui et regarde le bébé

Épargne-retraite personnelle

Taylor a 32 ans et vit à Guelph avec sa femme et son nouveau-né. Il avait besoin d’une solution simple pour son épargne-retraite et il la voulait automatique. Il occupe un emploi à temps plein, assorti d’un régime d’épargne-retraite collectif avec doublement des cotisations (son employeur double ses cotisations) et il verse la cotisation maximale autorisée. Ses cotisations sont retenues automatiquement sur son chèque de paye avant le dépôt de son salaire sur son compte bancaire. Il n’a donc rien à prévoir ni aucune précaution supplémentaire à prendre. Il utilise également un robot-conseiller pour retirer automatiquement 20 $ chaque mois de son chèque de paye pour l’investir dans un CELI. Il a programmé ces retraits automatiques il y a 3 mois et il espère voir cet argent fructifier au fil du temps.

Que sont les RERC et comment fonctionnent-ils?

Un régime d’épargne-retraite collectif est similaire à un régime enregistré d’épargne-retraite (REER), mais il est établi par votre employeur. Vos cotisations sont souvent retenues automatiquement sur votre chèque de paye et confiées à une institution financière, une société de fonds communs de placement ou une compagnie d’assurance. Vos cotisations sont gérées par l’administrateur de ce régime collectif, souvent membre de l’équipe des ressources humaines. Dans certains cas, votre employeur peut même doubler une partie de vos cotisations, mais ce n’est pas toujours le cas.

De même que pour un REER personnel, c’est vous qui choisissez comment investir l’argent dans votre RERC, mais vos choix sont limités par les options offertes pour les placements par l’institution financière qui détient votre régime. C’est habituellement votre employeur qui vous fournit vos options en matière de placements, selon votre tolérance au risque.

Vos cotisations à votre RERC sont déductibles d’impôt, mais elles le sont à la source. Vous payez donc moins d’impôt tout au long de l’année au lieu d’attendre de déclarer votre revenu à la fin de l’année pour obtenir un remboursement.

Les régimes d’épargne-retraite collectifs sont différents d’un employeur à l’autre et chacun d’eux a ses règles, sa structure de gouvernance et ses exigences en matière d’admissibilité. Demandez à votre employeur ou à votre représentant des ressources humaines quand et comment vous pouvez y adhérer.

À ne pas oublier

  1. Cotisation maximale : trouvez quel est le montant maximal de la cotisation au RERC et vérifiez si c’est ce que vous cotisez. La majorité des milieux de travail vous inscrivent à la cotisation par défaut, ce qui peut être inférieur au montant maximal et vous fait épargner moins pour votre retraite que vous pourriez le faire. Cotiser plus pourrait aussi réduire davantage votre impôt, mais abordez ce point avec votre employeur ou votre représentant des ressources humaines. N’oubliez pas de revoir le montant de votre cotisation chaque fois que vous obtiendrez une augmentation ou une promotion, parce que cela pourra modifier le montant des cotisations que vous pourrez verser.

    N’oubliez pas non plus que, si vous avez un REER personnel en plus de votre RERC, le montant de vos cotisations est plafonné à 18 p. cent de votre salaire. Si vous cotisez plus de 18 p. cent de votre salaire, vous serez imposé sur ce dépassement.

  2. Restrictions imposées aux retraits : votre employeur peut limiter les retraits de votre RERC pendant qu’il vous emploiera. Il vaut mieux vérifier auprès de votre employeur ou de votre représentant des ressources humaines quelles restrictions s’appliquent à vous.
  3. Départ de votre milieu de travail : si vous quittez votre milieu de travail, vous pouvez retirer les fonds de votre RERC et les placer dans un REER personnel de n’importe quelle institution financière.

Haut de la page

  • Suivez-nous sur Twitter
  • Suivez-nous sur YouTube
  • Suivez-nous sur Facebook
  • Suivez-nous sur Linkedin