Comprenez-vous bien votre police d'assurance-maladie compleméntaire ou votre police d'assurance-vie?

C’est le cas de bien peu de milléniaux adultes, ce qui a de quoi inquiéter


1er novembre 2017


Selon un récent sondage, moins de la moitié des milléniaux de 25 à 34 ans en Ontario disent bien comprendre leur police d'assurance-vie ou leur police d'assurance-maladie complémentaire.  


Dans le cadre de ce sondage, commandé par la Commission des services financiers de l'Ontario (CSFO), on demandait aux répondants s'ils comprenaient le contenu de leur police d'assurance, notamment les principaux termes et la terminologie de base. Bien que la plupart des répondants disent comprendre des termes techniques comme « bénéficiaire », « franchise » ou « prime », ils sont moins familiers avec d'autres portions importantes de leur police. Ainsi, seulement 30,5 % des répondants qui ont une police d'assurance-vie savent ce que sont des « droits d'annulation », qui accordent au titulaire un délai de dix jours pour retourner une police d'assurance s'il change d'idée. Seulement un peu moins de la moitié (47,3 %) des répondants qui ont une assurance-maladie complémentaire ont dit comprendre ce qu'est une « coassurance », qui exige du titulaire d'une police qu'il paie une portion de ses dépenses en frais médicaux admissibles en plus de sa franchise.     


Les 25 à 34 ans sont à une étape importante de leur vie. Ils amorcent leur carrière, se marient, fondent une famille, achètent leur première maison... Il est donc essentiel pour eux de bien comprendre ce qu'inclut leur couverture d'assurance, et ce qui en est exclu, ainsi que leurs droits et responsabilités afin qu'ils puissent, ainsi que leur famille, profiter d'une bonne protection.   


Voilà pourquoi la CSFO a lancé une série de conseils, d'outils, de jeux et de jeux-questionnaires visant à aider les milléniaux de l'Ontario à mieux comprendre tout ce qu'ils devraient savoir à propos de leur assurance-vie et de leur assurance-maladie complémentaire, et pour les aider à bien évaluer et choisir les options qui répondent à leurs besoins en fonction de l'étape où ils se situent dans leur vie. Pour plus de renseignements, consultez www.fsco.gov.on.ca/vieetsante.


Faits en bref

  • 47 % des répondants ont une assurance-vie et de ce nombre, 48,6 % seulement disent comprendre entièrement le contenu de leur police
  • 61,4 % des répondants ont une assurance-maladie complémentaire et de ce nombre, 41,7 % seulement disent comprendre entièrement le contenu de leur police
  • Plus du tiers des répondants qui ne sont pas titulaires de l'une ou l'autre de ces assurances ont cité le coût comme principal facteur pour lequel ils n'en ont pas

Citation

« La plupart des gens ne veulent tout simplement pas penser à ce qui pourrait arriver s'ils tombaient malades ou pire encore, mais ce sont là des sujets dont il est important de discuter. Il est également extrêmement important que les consommateurs posent des questions et s'assurent de bien comprendre leur police d'assurance afin d'être en mesure de prendre des décisions financières éclairées pour leur propre protection et celle des gens qu'ils aiment. » 

  • Anatol Monid, directeur administratif, Direction de la délivrance des permis et de la surveillance des pratiques de l'industrie, CSFO.

Ressources complémentaires

Méthodologie du sondage

Le sondage sur l'assurance-vie et l'assurance-maladie complémentaire a été mené par Internet sur un échantillon de répondants exclusif du 10 au 18 octobre 2017 par la firme Strategic Communications Inc. Un échantillon de 1 000 répondants a été pondéré statistiquement afin de correspondre aux données du plus récent recensement concernant les milléniaux adultes, par sexe et par groupe d'âge. Aucune marge d'erreur ne peut s'appliquer aux sondages en ligne, mais un échantillon aléatoire de cette taille comporterait normalement une marge d'erreur de plus ou moins 3,1 %, 19 fois sur 20.


À propos de la CSFO

Le mandat de la CSFO est défini par la loi. Il consiste à fournir des services de réglementation pour protéger l'intérêt du public et favoriser sa confiance dans les secteurs réglementés. La CSFO réglemente le secteur des assurances, les régimes de retraite, les sociétés de prêt et de fiducie, les credit unions et caisses populaires, le secteur du courtage d'hypothèques, les sociétés coopératives en Ontario et les fournisseurs de services qui facturent aux assureurs automobiles des indemnités d'accident légales. La CSFO relève du ministre des Finances.

 

À propos de Strategic Communications Inc.

Strategic Communications Inc. (Stratcom) est une agence qui offre des services complets de recherche sur l'opinion publique et de communication. Elle possède des bureaux à Toronto, Vancouver, Ottawa, Edmonton et Londres, et au Royaume-Uni. Depuis 1991, l'entreprise offre des services de sondage et organise des groupes de discussion dans les domaines stratégique, politique et des affaires publiques. Stratcom a entre autres été le sondeur officiel du journal 24 Hours de Vancouver, et ses études ont été reconnues par le Wall Street Journal, le magazine Maclean's, le quotidien The Globe and Mail et par de nombreuses autres publications régionales et nationales.  


 

Relations avec les médias :

Malon Edwards

Commission des services financiers de l'Ontario

Téléphone : 416 590-7536

Sans frais : 1 800 668-0128, poste 7795

Courriel : malon.edwards@fsco.gov.on.ca